Les cours d'écriture

hiéroglyphique

L'association dispense des cours d'hiéroglyphes par correspondance.
D'une manière générale, 9 cours sont donnés dans un cycle (qui en comporte 7).
Les cours sont dispensés par le professeur Madame Nadine Guilhou. 
Les leçons, avec grammaire, vocabulaire et les exercices sont régulièrement envoyés aux élèves ainsi  que la correction de leurs devoirs. 
Le professeur répond par écrit à toutes les questions posées sur les cours. 
Si vous ne connaissez pas et ne vous croyez pas capable d'apprendre cette langue écrite, ne soyez pas effrayé! nous ne passons aucun examen en fin d'année et vous ne recevrez pas les coups de bâtons du Maître.


 Voir les modalités d'inscription:
 les modalités d'inscription

Découvrez les hiéroglyphes :

Le cours concerne l'écriture hiéroglyphique du moyen égyptien,  écriture du Moyen Empire (environ 2000 à 1800 av. J.C). 
Tous les signes sont vus la première année, mais il faut environ deux ans pour les assimiler.
L' égyptien ancien est une langue chamito-sémitique qui se rattache à l'akkadien. 
L'alphabet ne comporte que des consonnes, la racine des mots est basée sur trois consonnes, comme dans la langue arabe. La langue apparaît probablement en –3200 (période pré-dynastique). Avant cette date il existait des signes isolés. On ne la connaît qu'à partir de -2800. Plus près de nous la dernière inscription connue date de 394 ap. J.-C.
La langue évolue de manière sensible au Nouvel Empire, et encore plus pendant la période ptolémaïque (environ 4500 signes). 
Le démotique apparaît au 8°siècle avant J.C et le copte au  2e siècle ap. J.-C. et dure jusqu'au 13° siècle où il devient une langue morte utilisée dans la liturgie copte.
Une autre écriture, dérivée, est le hiératique
Elle n'est autre que l'écriture cursive des hiéroglyphes. 
Les deux formes sont contemporaines. 
Le hiératique s'écrit avec un roseau (calame) sur papyrus. 
Le hiératique s'écrit toujours de droite à gauche, les signes étant donc orientés vers la droite.
Le démotique correspond à un état de langue utilisé uniquement 
à la basse époque (à partir de –525 avant J.C. et dérivé du hiératique). 
Si le démotique est toujours disposé en ligne, l'on trouve des textes hiératiques en colonnes.
Le copte utilise l'alphabet grec auquel on a rajouté 6 à 7 
consonnes n'existant pas en grec. 
En revanche le copte écrit la vocalisation des mots (voyelles brèves)

Principes fondamentaux :

On peut décomposer les signes en trois catégories :
  • Idéogrammes (pictogrammes) représentent un mot 
    entier signe phonétique

  • Phonogrammes représentent un son signe phonétique
  • Déterminatifs signe sémantique ne se prononcent pas 
    mais donnent le sens au mot pour éviter une ambiguïté

L'écriture égyptienne est avant tout visuelle.

La translittération : que les mots utilisent l'une des trois formes 
énumérées ci-dessus (idéogramme, phonogramme ou déterminatif) 
on leur fait correspondre leur translittération, représentation des 
consonnes réellement prononcées.

Pour les idéogrammes, le hiéroglyphe figure ce que l'on veut dire.
Cependant, les signes sont insuffisants pour différencier les types 
de bateaux ou les concepts abstraits. On peut donc utiliser une autre 
forme d'écriture, phonétique, de type "rébus".
Un mot est alors composé d'un certain nombre de phonogrammes 
(syllabes constituées par une deux ou trois consonnes). Les voyelles "brèves", à l'instar de l'arabe, n'existant pas, la même combinaison de consonnes écrites peu avoir plusieurs significations (et prononciations 
qui ne sont, pour la plupart, pas parvenues jusqu'à nous).  
C'est alors un autre signe, déterminatif, qui identifie totalement le mot.

Grâce au français Jean-François Champollion, la clé de cette langue 
a été retrouvée au siècle dernier. Un peu de travail régulier vous 
permettra de l'apprendre aisément....

Bienvenue aux cours.



Vers les liens

 

Vers les liens