Les conférences, le séminaire et le colloque se déroulent  dans une des salles prêtées gracieusement par la Municipalité de Saint Estève.

Voir plan pour rejoindre la salle Jean JAURÈS. Vers la salle Jean JAURES
Voir plan pour rejoindre la salle Méditerranée et la salle ses Aînés.
Vers la salle des Aînés et la salle Méditerranée
Voir plan pour rejoindre la Maison des Associations Vers la Maison des Associations
La vidéothèque et la bibliothèque  fonctionnent le jour des conférences

Voir les anciennes conférences.Vers les anciennes conférences

La publication sur la momie du Muséum de Perpignan est disponible, Voir les modalités de son acquisition

Cours d'écriture hiéroglyphique par correspondance

Nous vous proposons des cours d'écriture hiéroglyphique par correspondance qui peuvent débuter à tout moment de l'année.
Tarif pour un cycle de 9 cours : 90 € par personne. 
Ces cours par correspondance sont dispensés par Madame Nadine GUILHOU.
Docteur en égyptologie à l'Université Paul Valéry Montpellier III.
Inscrivez-vous.

voir les modalités d'inscriptionVoir les modalités d'inscriptionvoir les modalités d'inscription
Vers les liens
Vers les liens

Respectueux des lois pour lutter contre la pandémie, et afin que tous les membres présents puissent bénéficier d'une protection, nous demanderons la présentation du Pass Sanitaire pour assister à nos réunions.
Merci de bien vouloir honorer ces dispositions.

 
Dates retenues pour 2022

Samedi 29 janvier 2022 Assemblée Générale à 17H. Maison des Associations de Saint Estève

 

Samedi 5 février conférence annulée

   

   Samedi 19 mars à la salle Méditerranée nous recevrons madame Nadine GUILHOU, Docteur en égyptologie qui nous permettra d'entrer et découvrir :

Les tombes de Nakht et Menna dans la nécropole thébaine

Sensiblement contemporaines et proches par leur style et la qualité de leur décor, ces deux tombes, qui comptent parmi les plus belles de la nécropole thébaine, diffèrent par leur dimension et par la mise en œuvre de leur programme iconographique. Scènes autobiographiques et scènes rituelles en acquièrent de fait une valeur symbolique différente, nouvel exemple de la richesse des images égyptiennes.

Vers l'affiche    Tombe de Nakht et Menna

Samedi 9 avril à la Maison des Associations madame Clémentine AUDOUIT, Docteur en égyptologie, nous fera découvrir :

Les mots du sang en Égypte ancienne : terminologie et métaphores

Cette conférence se propose d’étudier les représentations et les fonctions du sang en Égypte ancienne à travers le prisme de la langue. En effet, pour comprendre comment les anciens Égyptiens imaginaient ce précieux liquide, il est essentiel de définir les multiples entités linguistiques qui s’y rapportent. Le discours se focalisera d’abord sur le mot sénéfou qui est le plus fréquemment employé. Il peut désigner un sang répandu ou non, le sang de l’homme, de la femme, de l’animal ou encore de la divinité. Toutefois, l’égyptien utilise une terminologie très variée pour parler du sang. Plusieurs lexèmes issus du monde des couleurs sont utilisés, tels que le rouge-déchérou, l’ocre sanguine tjérou ou encore les tissus rouges jnsw. Ces mots revêtent un caractère ambivalent : effrayants lorsqu’ils sont associés à la violence des dieux, ils se parent d’aspects plus positifs quand ils évoquent le soleil ou la maternité. Certains saignements spécifiques peuvent aussi recevoir un vocabulaire propre ; c’est le cas par exemple des menstruations qui sont appelées hésémen, terme qui peut aussi se traduire « purification ». Enfin, quelques métaphores d’ordre hydrographique seront également discutées. En effet, l’égyptien décrit souvent le sang comme un « fleuve », un « marais » ou une « inondation ».

Vers l'affiche    Les mots du sang en Égypte ancienne : terminologie et métaphores

   Samedi 21 mai à la salle Méditerranée nous recevrons madame Marie-Christine LAVIER, Docteur en égyptologie qui nous présentera :

Les déesses du principe féminin : la Verte, la Crachée, la Demeure d'Horus et la Puissante
Qu’elles soient vache nourricière, figure maternelle par excellence, cobra femelle cracheuse de feu mais néanmoins protectrice, ou lionne furieuse au redoutable pouvoir de destruction, les déesses incarnant le principe féminin présentent des personnalités pour le moins contrastées et apparemment contradictoires. Ouadjet, Tefnout, Hathor et Sekhmet se distinguent par des caractères bien trempés qui feront l’objet d’une analyse détaillée. Elles possèdent toutes la qualité de « fille de Rê » et s’avèrent indispensables au principe masculin, le dieu créateur lui-même, pour maintenir le bon équilibre du monde.

Vers l'afficheLes déesses du principe féminin : la Verte, la Crachée, la Demeure d'Horus et la Puissante

   Samedi 25 juin à la Salle Méditerranée avec madame Amandine MARSHALL, Docteur en égyptologie, nous parlera de :

L'Atlantide : un mythe de l'Egypte antique ?

Le mythe de l'Atlantide et l'Egypte antique sont étroitement imbriqués si l'on en croit les dires du philosophe Platon. Il est le premier à évoquer le récit d'une île-continent, dont les orgueilleux et puissants habitants furent défaits par les Athéniens et engloutis sous les eaux, en même temps que l'Atlantide, juste après leur cuisant revers militaire. Or si Platon fait abondamment référence à l'Egypte antique, utilisant ses prêtres comme gardien de la véracité d'un récit dont il a largement falsifié les faits. Il existe bien une source égyptienne, autrement plus ancienne que les textes du philosophe athénien, qui évoque l'histoire d'une île mystérieuse, aux ressources abondantes et riches, propriété d'une divinité, brusquement disparue sous les flots de la Méditerranée. Quelle est la part de véracité dans le récit de Platon et à quel point l'Egypte antique influença-t-elle son récit ?

Vers l'affiche  L'Atlantide : un mythe de l'Egypte antique ?

   Samedi 24 septembre à la salle Méditerranée nous recevrons monsieur Bernard MATHIEU, Professeur d'Egyptologie, ancien Directeur de l'I.F.A.O.

 La jouvencelle et le crocodile. Quelques autobiographies de l’Égypte tardive

C’est par le biais de l’autobiographie, genre majeur qui traverse l’ensemble de l’histoire pharaonique, depuis l’Ancien Empire jusqu’à l’époque ptolémaïque, que le défunt s’adressait aux générations futures pour leur transmettre son expérience de vie, souvent idéalisée, mais aussi pour leur promettre soutien et protection depuis l’au-delà. Il attendait en retour l’accomplissement du culte funéraire et la perpétuation du souvenir de son nom. Les périodes tardives ont livré quelques autobiographies remarquables, injustement méconnues, qui reflètent parfois de manière à la fois savante et originale la mixité culturelle consécutive à la présence grecque au pays des pharaons.

Vers l'affiche  L'Atlantide : un mythe de l'Egypte antique ?

   Samedi 15 octobre à la salle Méditerranée

 
 
 

   Samedi 19 novembre à la salle Méditerranée