Bloc gravé sur la chaussée montante d'Ounas.
Des animaux du désert.
Des bouviers accompagnent des caprinés.
Des caprinés et un chien.
Un chien mordille un capriné.
Des caprinés.
Un caprin lèche son petit.
Un caprin lèche son petit.
Un lièvre.
Un caprin est mordu par le chien.
Le chien mord le caprin.
La silhouette du chien ressemble à un type de lévrier.
Un caprin lèche son petit.
Un caprin lèche son petit.
Des caprins.
Le Cercle des Philosophes.
L'un des monuments les plus atypiques de Saqqara est le fameux cercle des philosophes découvert par Mariette au milieu du XIXème siècle lorsqu'il cherchait le Sérapéum. 
Information sur ce monument.

Le Cercle des Philosophes se situe sur le chemin menant au Sérapéum et au mastaba de Ti. Il prend la forme d'un hémicycle protégé par une structure en bêton moderne. A l'origine, le monument devait être à ciel ouvert et prenait place dans un ensemble de constructions aujourd'hui détruites ou sous le sable. Les statues des philosophes sont de style grec. Elles sont très endommagées. On y trouve: Platon, Thales, Homère, Pindare, Démétrios de Phalère (fondateur supposé de la Bibliothèque d'Alexandrie). Le monument remonte à Ptolémée Ier Soter.
De gauche à droite : Platon (debout), Héraclite (assis), Thalès (debout), Protagoras (assis), Homère (assis), Démétrios de Phalère (debout, appuyé sur un hermès de Sérapis) et Pindare (assis le mieux conservée).

La statue de Pindare est la mieux conservée.
Pindare, en grec ancien Πίνδαρος / Píndaros, né à Cynoscéphales, un bourg près de Thèbes, en 518 av. J.-C., mort à Argos en 438 av. J.-C., est l'un des plus célèbres poètes lyriques grecs. Forte personnalité profondément attachée à la religion traditionnelle et à l'antique aristocratie dorienne qui prédominait à Thèbes, Pindare n'aimait pas Athènes dont l'esprit démocratique l'inquiétait : préférant les villes gouvernées par une aristocratie sachant instaurer l'Eunomie, il a consacré ses chants à célébrer ce vieil idéal. En digne héritier de la conception aristocratique et dorienne du concours athlétique, Pindare est le premier à faire de l'épinicie, hymne de triomphe, une sorte de poème dont la signification est à la fois religieuse et morale. Considéré dès l'Antiquité comme le maître incontesté et inimitable du lyrisme choral grec, synthèse de l'art poétique, musical et chorégraphique, il inaugure en outre dans ses Odes triomphales un art puissant aux rythmes savants où foisonnent des images somptueuses, art redécouvert par les Modernes seulement au XIXème siècle, et qui a inspiré les plus grands poètes. En évoquant « Pindare serein plein d'épiques rumeurs », Victor Hugo résumait les deux traits essentiels du poète grec, la majesté tranquille et presque religieuse qui a frappé ses admirateurs, et la vigueur s'épanchant dans les flots larges et sonores de ses images et de sa langue.
La statue de Pindare.
La statue de Pindare.
De gauche à droite : Protagoras (assis), Homère (assis), Démétrios de Phalère (debout, appuyé sur un hermès de Sérapis)
De gauche à droite : Platon (debout), Héraclite (assis), Thalès (debout).