Le temple de Maharraqa.
Sous le règne de Ptolémée II, Ergamène, jeune roi koushite, décida de lutter contre la puissance du clergé de son pays, qui le condamna à mort. En réponse, il égorgea tous les religieux puis disparut dans le pays du Wawat, et établit un royaume entre Maharraqa et la première cataracte, le Dodécaschoene, avec Dakka comme capitale
.  une
Le temple de Maharraqa et le temple de Dakka.
Depuis le débarcadère progression vers le temple de Dakka.
A droite le temple de Maharraqa.

Les deux Ptolémée suivant favorisèrent les relations avec Ergamène et ils embellirent l'ensemble les monuments déjà édifiés.
Ce temple, d'époque ptolémaïque, était dédié à Isis et Sérapis.

Le sanctuaire sauvé des eaux a été reconstruit sur la rive gauche, sur le site dit "La Nouvelle Seboua", situé en plein désert à environ 140 km au sud du barrage le Saad el Ali. Il trône au côté des temples de Dakka et de Wadi-es-Seboua.
Depuis que son ancien emplacement a été menacé par les inondations du Nil en raison de la construction du barrage d'Assouan, ce petit temple a été démantelé en 1961 par le Service des Antiquités Egyptiennes. Il a été reconstruit ultérieurement avec le temple de Dakka en 1966 sur le site du Nouveau Wadi es-Sebua qui se trouve à seulement 4 km à l'Ouest de l'emplacement original de Wadi es-Sebua. 
Comme Christine Hobson note:
"Un peu au nord d'Amada maintenant se tiennent les temples de Wadi es Sebua ( construit par Ramesses II), Dakka et Maharraka".
Le temple de Maharraqa relocalisé plus tard au milieu des années 1960 en raison du projet du barrage d'Assouan, était dédié aux dieux égyptiens anciens Isis et Sérapis.
    
Implantation du temple de Maharraqa avant son déplacement.
Le temple est constitué d'une enceinte percée de portes qui enserre une salle hypostyle.
Le temple de Maharraqa avant son déplacement et sa reconstruction.
Une des portes qui permet d'accéder à la salle hypostyle.
La porte principale était surmontée du disque solaire ailé.
Une corniche à gorge décorait les murs de l'enceinte.
L'intérieur est constitué de colonnes et de dés qui supportent des architraves qui portaient les dalles de la toiture.
Les murs et les colonnes sont anépigraphes.
Colonnes et chapiteaux de la salle hypostyle.
Colonnes et chapiteaux de la salle hypostyle.
Colonnes et chapiteaux de la salle hypostyle.
Colonnes et chapiteaux de la salle hypostyle.
Gravure des visiteurs du XIXème siècle de notre ère.
Gravure des visiteurs du XIXème siècle de notre ère.
L'intérieur du temple est divisé en plusieurs salles par des murs d'entrecolonnement.
Colonnes et chapiteaux.
Colonnes et chapiteaux.
Le temple de Maharraqa présente une curiosité architecturale avec un escalier en colimaçon situé dans un coin de la cour, qui conduisait au toit.  
C'est le seul temple égyptien en Nubie avec un escalier en spirale.
Colonnes et chapiteaux.
Colonnes, chapiteaux et architraves.
Colonnes, chapiteaux et architraves.
Colonnes, chapiteaux et architraves.
Colonnes, chapiteaux et architraves.
Colonnes, chapiteaux, architraves et murs d'entrecolonnement.
Porte surmontée d'une corniche à gorge.
Depuis la porte une vue sur le lac Nasser.
Le lac Nasser
Le temple de Maharraqa.
Vers les liens
Vers les liens
Vers les images
Vers les images