La paroi centrale et le socle.
Elle est très détériorée, mais on devine une scène symétrique. L'artiste a profité des socles pour en faire un piédestal à deux divinités de la paroi, toutes deux tournées vers l'ouverture. Celle de gauche est encore partiellement préservée, vêtue du pagne et du corselet divins ; de l'autre, on ne voit plus que les pieds. Les deux dieux sont, selon Bruyère, Thot et Horus qui versent une libation sur le défunt qui devait se tenir accroupi. Ils encadrent une composition qui a presque disparue, qui reposait sur une corbeille
Le socle est décoré sur ses trois faces.
Sur la face avant, Anubis, le canidé divin (divinité attestée par le flagellum oblique), un ruban rouge autour du cou, est assis sur le toit d'une chapelle funéraire dont on voit la corniche à gorge, sous un édifice en bois léger et roseau évoquant la tente de purification. Sur la face nord, qui borde l'ouverture, et regardant vers l'Est, nous trouvons Isis agenouillée au-dessus d'un signe shen, associée à une formule fragmentaire évoquant la sortie du caveau. Sur la troisième face se trouve un génie qui, assis face à l'est, tient un pot à feu contenant des mèches allumées.
Anubis, le canidé divin, un ruban rouge autour du cou, est assis sur le toit d'une chapelle funéraire dont on voit la corniche à gorge, sous un édifice en bois léger et roseau évoquant la tente de purification.
Cette nouvelle scène d'offrande, dont une large part est perdue, fait partie de la série commencée sur le mur Est. Cette fois c'est Nebouemsheset, l'épouse de Nakhtamon, dont le visage est mutilé qui rend hommage à ses parents
Nebouemsheset, l'épouse de Nakhtamon, dont le visage est mutilé qui rend hommage à ses parents et elle leur présente un vase ressemblant à celui déjà décrit, mais sur le fond se trouvent cette fois deux yeux oudjat de part et d'autre d'un signe nefer.
L'homme porte à son nez un bouton de lotus fermé et il porte autour du cou une chaîne terminée par une amulette de cœur ib.
Nebouemsheset, l'épouse de Nakhtamon, rend hommage à ses parents et elle leur présente un vase.
Paroi Nord, côté gauche (Ouest).
A
gauche de l'entrée le couple, tourné dans la même direction que tous les précédents, est formé de Minmes (ef) et de son épouse Isis. Cette dernière est la fille du couple Pached-Mekhayt (ib) (TT 292) , donc la sœur de Nebouemsheset, la belle-sœur de Nakhtamon, et Minmes (ef) est son beau-frère par alliance.
On retrouve le côté festif avec un fils du couple, "le scribe Amenemipet" qui présente à ses parents un bouquet monté d'Amon. Son père porte une amulette de cœur (ib) au bout d'une chaîne, sur son collier ousekh. Une fois de plus, l'artiste a choisi d'intégrer au bouquet la fleur de lotus que tient le défunt. Cette fois, les pieds de l'offrant sont sur la natte qui sert de repose-pieds au couple.
Une fois de plus, l'artiste a choisi d'intégrer au bouquet la fleur de lotus que tient le défunt.
Détail de la scène.
L'ouverture, à droite conduit à la salle B.
Derrière les deux couples qui viennent d'être évoqués (et, selon les conventions égyptiennes, il faut comprendre à côté) s'en tient un troisième, qui occupe toute la paroi. Cette position prééminente s'explique, car il s'agit d'Ipouy (TT217), frère biologique de Nakhtamon et de "sa sœur, la maîtresse de maison Douaouemmereset", donc une personne non seulement plus proche de Nakhtamon mais, comme lui, d'une génération antérieure. L'homme a une tête admirablement proportionnée, avec une courte barbe et un serre-tête d'où sort un bouton floral, tandis qu'un lotus épanoui se trouve devant son nez. Son épouse est coiffée d'une immense perruque dont les frisettes les plus basses descendent en dessous du coude. Devant eux, sur un support, se trouve une bougie caractéristique de la Fête du Nouvel An : conique, enrubannée avec une mèche qui brûle.
 L'homme a une tête admirablement proportionnée, avec une courte barbe et un serre-tête d'où sort un bouton floral, tandis qu'un lotus épanoui se trouve devant son nez. Son épouse est coiffée d'une immense perruque dont les frisettes les plus basses descendent en dessous du coude.
Le registre supérieur est séparé du précédent par une double ligne dorée traitée à la façon d'une natte, il semble en avoir été une copie, bien que toute la partie droite - où se tenaient deux personnages, très probablement les fils de Nakhtamon - soit manquante. On remarque que les pieds du premier offrant passent devant la natte de sol, ce qui nous montre bien que les deux couples superposés sont censés se trouver côte à côte. Ce second couple peut être restitué : il s'agit de la sœur de Nakhtamon, Henoutmehyt, et de son mari, le sculpteur Qen, dont la tombe TT4 est voisine.
 Il s'agit de la sœur de Nakhtamon, Henoutmehyt, et de son mari, le sculpteur Qen, dont la tombe TT4 est voisine.
Le couple assis est composé de la dame Sahti, sœur de Nebouemsheset et donc belle-sœur de Nakhtamon (à ne pas confondre avec l'autre Sahti, sœur biologique de Nakhtamon…) et de son mari "le serviteur dans la place de vérité Khabekhnet" possesseur de la tombe TT2, qui porte une courte barbe carrée. Devant eux, deux de leurs fils (donc des neveux de Nakhtamon), Mes et Amenemhab, rendent hommage à leurs parents.
 La dame Sahti, sœur de Nebouemsheset et donc belle-sœur de Nakhtamon et de son mari "le serviteur dans la place de vérité Khabekhnet".
 Deux neveux de Nakhtamon, Mes et Amenemhab, rendent hommage à leurs parents.
La paroi Nord et l'ouverture qui permet d'accéder à la salle B.
La scène qui se trouve sur le côté droit du passage menant à la salle B constitue la prolongation de la paroi précédente. Nous y trouvons un autre frère biologique de Nakhtamon, Neferrenpet, et son épouse "sa sœur, la maîtresse de maison Houyneferet" qui sont venus en voisins puisqu'ils possèdent la tombe TT336 attenante.
L'homme, crâne rasé comme un prêtre, porte, au-dessus d'un collier ousekh, une chaîne terminée par un œil oudjat ; il est vêtu d'un pagne à devanteau frangé qui lui remonte haut dans les reins et s'avance, les deux bras levés en signe de bienvenue. Son épouse tient en main un petit vase à long col fermé par un bouchon.
Passage qui conduit à la salle B et à droite la paroi le côté droit (Est) de la paroi Nord.
La salle B est presque orientée parfaitement selon les points cardinaux. Elle présente, comme la précédente, un plafond mal dégrossi, mais voûté et beaucoup plus haut (2,42m) et elle est à peu près rectangulaire, mesurant 3,07 à 3,28 m de long (Est-Ouest) et environ 2,50m de large (Nord-Sud). Les parois ont été aplanies plus ou moins régulièrement et chemisées de briques crues avant d'être peintes.
Passage qui conduit à la salle B.
Devant la paroi Est, le sol a été aménagé pour former une estrade de 0,65 m de haut et 1,80 m de profondeur, destinée à recevoir des offrandes alimentaires et des amphores.
Salle B paroi Est.
.Le couple, qui est anonyme, se tient dans la position habituelle, l'épouse enlaçant son mari de ses deux bras. Chacun porte un cône d'onguent et un serre-tête souligné par deux lignes rouges enserrant une série de points rouges. Un bouton de lotus fermé est figuré sur le front de la femme, tandis que l'homme porte autour du cou, sur son collier, une amulette de cœur. Comme un prêtre, Nakhtamon a le crâne rasé et porte la peau de félin. Comme il est habituel, il en tient une patte dans une main, en même temps qu'un vase à libation. Le visage est remarquable, et on notera que l'oreille est percée
Le nom du père n'est pas précisé, et on retrouve le qualificatif "le maître de la maison", mais cette fois sans espace blanc : Nakhtamon s'adresse donc aux générations de pères qui l'ont précédé et non à un en particulier. On apprend également que Nakhtamon était prêtre du culte d'Aménophis Ier "du village", une fonction prestigieuse.
 L'homme et la femme portent un cône d'onguent et un serre-tête souligné par deux lignes rouges enserrant une série de points rouges. Un bouton de lotus fermé est figuré sur le front de la femme, tandis que l'homme porte autour du cou, sur son collier, une amulette de cœur.