Colosses du Nord.
Côté sud, les colosses sont coiffés de la couronne de Haute Egypte.
Côté nord, les colosses sont coiffés de la double couronne.
Les colosses sont dans la position dite osiriaque.
Les colosses sont dans la position dite osiriaque.
Salles du temple.
Colosses osiriaques.
Colosses osiriaques.
Le roi sur son char tiré par deux chevaux.
La main droite du roi bande deux arcs.
Le roi massacre les ennemis devant le dieu Amon.
Des princes sous les pieds du pharaon.
Des princes sous les pieds du pharaon.
Offrande d'un bouquet garni au dieu Rê-Horakthy.
Le roi offre la Maât au dieu Ptah.
Offrande de tissus au dieu Amon.
Les ennemis fuient devant le roi.
La forteresse est attaquée.
Le roi est suivi par des princes.
Massacre d'un ennemi.
Un lion accompagne le roi.
Les ennemis de l'Egypte sont fait prisonnier.
Le roi devant le dieu Amon du Gebel Barkal.
Le Gebel Barkal (ou Djebel Barkal) est le promontoire rocheux qui domine le site de Napata (Soudan), site d'un temple d'Amon célèbre et capitale du royaume de Kouch à dater de la XXVème dynastie égyptienne. Les égyptiens le nommaient la "montagne Pure", et le considérait comme le lieu où résidait le dieu Amon. De fait, dès Thoutmôsis III le site est attesté et ne cessera de se développer alors. D'une altitude peu élevée ce mont semble surgir du plateau désertique pour former une haute falaise devant laquelle un piton rocheux se dresse comme s’il avait été détaché de la masse principale. On a longtemps ignoré cet aspect particulier de la montagne dans le choix du site par les anciens égyptiens jusqu'à ce qu'un rapprochement de certaines représentations retrouvées dans d'anciens temples éclaire ce point. En effet on peut voir sur un relief du temple de Ramsès II à Abou Simbel ainsi que sur un relief du temple de Mout de Napata, le dieu Amon figuré assis sous une sorte de dais devant lequel se dresse un uræus colossal. Ce rapprochement entre ces représentations uniques en leur genre et le Gebel Barkal est alors plus net aux yeux des égyptologues qui déjà avaient remarqué la propension singulière des anciens Égyptiens à être fasciné par les formations rocheuses. L'hypothèse d'un tel choix concerne la Cime Thébaine qui domine les nécropoles de l'antique capitale dynastique du Nouvel Empire et dont la forme pyramidale n'échappe à personne et n'est contestée nulle part, bien qu'aucune intervention humaine sur cette formation ne soit venue confirmer la théorie. À Napata, le Gebel Barkal et son piton rocheux seraient donc apparus aux yeux des anciens prêtres de la même manière comme une manifestation de la divinité, et il est vrai que sous certains angles cette aiguille de roche ressemble à un cobra couronné soit d'un disque solaire soit de la couronne blanche, la "hedjet". Restait à vérifier l'hypothèse sur place. Les équipes archéologiques ont alors gravi la falaise et son piton et découvert qu'à son sommet les anciens étaient en effet intervenus. Ils avaient taillé dans la roche une stèle monumentale aux noms de Thoutmôsis III et de Taharka que Nastasen restaura sous son règne. La présence de petites cavités sur l'ensemble de l'encadrement de la stèle dont certaines encore munies de tenons en bronze atteste pour le reste qu'une feuille d'or y était fixée. Ainsi chaque matin, l'ensemble étant orienté vers le sud, les premiers rayons du soleil frappaient la stèle dorée et l'éclat du Gebel Barkal devait être visible toute la journée à des kilomètres à la ronde tel un phare diurne au milieu de la vallée du Nil. Le Gebel Barkal était donc bien une manifestation tangible du dieu Amon pour les anciens Égyptiens et Nubiens et devait exercer sur eux une certaine fascination.
Le dieu Thot écrit le nom du roi sur l'arbre iched.
Le roi est accueilli par le dieu Rê-Horakthi.
Le dieu Ptah et la déesse Séchat.
Le roi offre l'encens au dieu Ptah.