Reproduction d'une aile de la tombe TT52 appartenant à Nakht et de son épouse Taouy.
La tombe se trouve dans la nécropole thébaine, vers le bas de la partie nord de la colline de Sheikh Abd el-Gournah, entre le coin sud-est de l'Enclos Supérieur et le coin sud-ouest de l'Enclos Inférieur. Dans cette colline et la plaine en contrebas sont répertoriées aujourd'hui quelque 210 tombes décorées, dont plus de la moitié datent de la XVIIIème dynastie, les autres concernant essentiellement la XIXème et la XXème dynastie. Dans l'antiquité, il est probable que ce nombre était double, mais les monuments sont détruits ou perdus.
Pour plus d'information sur cette tombe voir le site :
http://www.osirisnet.net/tombes/nobles/nakht52/nakht_01.htm

 

L'aile reproduite est celle située à l'Ouest.
L'aile reproduite est celle située à l'Ouest.
Les figures de Nakht et Taouy occupent presque toute la hauteur du registre supérieur, le reste étant dévolu au texte qui les surplombe. Les autres personnages de la scène sont, comme à l'accoutumée, représentés beaucoup plus petits. Le couple est debout devant une grosse pile d'offrandes accumulées sur une natte ; celle-ci ne repose pas sur le sol, mais se trouve à la hauteur des genoux de Nakht, libérant l'espace du dessous pour une scène secondaire. Derrière le couple ainsi que dans le registre du bas, on trouve des scènes agricoles.
Nakht et Taouy devant des offrandes.
Nakht et Taouy.
Un bœuf sacrifié, reposant sur une natte, est en train d'être dépecé par deux bouchers. Plus précisément, ils enlèvent le membre antérieur droit, le khepresh, qui doit servir au rituel de l'ouverture de la bouche. On notera l'emplacement bizarre des pieds par rapport à l'animal. Un troisième homme offre à Nakht deux cônes de graisse.
Au-dessous des scènes agricoles.
 Scènes agricoles.
Les activités sont présentées dans un certain ordre : le début doit être cherché dans le registre du bas avec la préparation de la terre et les semailles, et se poursuit sur les trois petits registres du haut, avec la moisson et le vannage, le tout s'effectuant sous la surveillance de Nakht figuré deux fois.
 Scènes agricoles.
Les activités sont présentées dans un certain ordre : le début doit être cherché dans le registre du bas avec la préparation de la terre et les semailles, et se poursuit sur les trois petits registres du haut, avec la moisson et le vannage, le tout s'effectuant sous la surveillance de Nakht figuré deux fois.
 Scènes agricoles.
Les activités sont présentées dans un certain ordre : le début doit être cherché dans le registre du bas avec la préparation de la terre et les semailles, et se poursuit sur les trois petits registres du haut, avec la moisson et le vannage, le tout s'effectuant sous la surveillance de Nakht figuré deux fois.
Le plafond est divisé en deux parties par une poutre médiane qui, combinée à celles des extrémités, délimitent quatre caissons. Trois d'entre eux sont ornés d'un motif en forme de diamant, avec des rosettes à quatre pétales.
Entre ces motifs, on trouve trois lignes en zigzag, bleues, rouges et vertes, bordées de blanc ; deux fois, la zone entre ces dernières est ocre, ponctuée, deux autres fois elle est blanche.
Entre ces motifs, on trouve trois lignes en zigzag, bleues, rouges et vertes, bordées de blanc ; deux fois, la zone entre ces dernières est ocre, ponctuée, deux autres fois elle est blanche.
Entre ces motifs, on trouve trois lignes en zigzag, bleues, rouges et vertes, bordées de blanc ; deux fois, la zone entre ces dernières est ocre, ponctuée, deux autres fois elle est blanche.
La paroi a beaucoup souffert et que la quasi-totalité de son registre haut a disparu.
Sur cette paroi les deux registres illustraient la "Belle fête de la Vallée", elle est la plus abimée de toute la chapelle.
La paroi a beaucoup souffert et que la quasi-totalité de son registre haut a disparu.
Sur cette paroi les deux registres illustraient la "Belle fête de la Vallée", elle est la plus abimée de toute la chapelle.
Sur la droite des deux registres se trouvait une représentation assise du couple Nakht - Taouy.
Le couple est assis sur un banc dont les pieds reposent sur une natte. L'on ne peut presque rien dire des personnages. Heureusement, une image très remarquable (et souvent reproduite) a été préservée : celle d'un chat à robe tigrée en train de dévorer un poisson. Mais hélas, la partie inférieure de l'animal ainsi que le poisson ont aussi subi des dommages aujourd'hui.
La partie inférieure de l'animal ainsi que le poisson ont aussi subi des dommages aujourd'hui.
Représentation assise du couple Nakht - Taouy recevant des offrandes.
Nakht - Taouy recevant des offrandes.
Devant le couple se dresse une table d'offrandes en calcite, avec probablement un pied, caché par une des grandes jarres rouges munies d'un bouchon noir (contenant probablement du vin ou de la bière).
Les provisions apportées au couple à l'occasion de la Belle Fête de la Vallée sont empilées et, selon la perspective égyptienne, semblent flotter dans l'air : il faut bien sûr comprendre qu'elles sont disposées l'une à côté de l'autre.
La scène des trois musiciennes est célèbre, et très souvent reproduite dans les livres d'art, et il faut reconnaître qu'il s'agit d'un chef d'œuvre de la peinture thébaine.
Les trois musiciennes forment un ensemble mouvant, se chevauchant partiellement, encore rendu plus vivant par le visage tourné vers l'arrière de la fille du milieu.
Les trois musiciennes forment un ensemble mouvant, se chevauchant partiellement, encore rendu plus vivant par le visage tourné vers l'arrière de la fille du milieu.
Les trois musiciennes forment un ensemble mouvant, se chevauchant partiellement, encore rendu plus vivant par le visage tourné vers l'arrière de la fille du milieu.
La taille des musiciennes a été réduite pour permettre la représentation, au-dessus d'elles, de nouvelles provisions sous forme de quatre vases de couleur et de forme différentes, reposant sur une natte ou posés sur un petit guéridon, chacun séparé de son voisin par des grappes de raisin. Les trois hommes sont représentés à l'identique, dans une attitude stéréotypée et rigide qui contraste violemment avec les musiciennes. Ils sont assis sur un tabouret blanc, très simple, portent tous le même pagne, le même collier, la même perruque surmontée d'un cône d'onguent, et tiennent tous la même fleur de lotus tourné vers leurs narines. Sur le registre du dessus l'on trouve, à l'avant, un harpiste aveugle.
Derrière lui, des dames de qualité sont assises sur leurs talons sur une natte. Elles ont revêtu leurs plus beaux atours et sont représentées dans des poses variées. Trois sont à l'arrière, agenouillées côte à côte, et c'est tout le talent de l'artiste de les avoir rendues différentes dans leur similitude. La petite servant nue penchée vers l'une des dames rajuste sa boucle d'oreille. La première convive à l'avant respire l'odeur d'une fleur de lotus, tandis que celle à son côté, tournée vers l'arrière, tend un fruit à la troisième, dont le bras gauche est lui aussi tourné vers l'arrière et présente le même fruit à la dame assise derrière elle. Dès lors l'explication est claire : la première femme est assise devant le plateau contenant les fruits et les fait passer à sa voisine de derrière, qui fait de même...